Plaisance travaille pour l’avenir !

Nous sommes conscient que la mobilité est un enjeu fondamental pour les plaisançois et que nous payons aujourd’hui le décrochage du développement des transports en commun dans l’agglomération toulousaine par rapport à l’augmentation de la population.

Cette compétence relève du SMTC-Tisséo mais la commune dispose de moyens d’actions qu’elle peut utiliser pour favoriser le service de transports en commun. Ainsi, nous avons fait en sorte que le bus Linéo 3, qui reliera Monestié aux Arènes, dispose d’une voie réservée sur toute sa portion plaisançoise.

De plus, depuis 15 ans, nous avons acheté les terrains dans la continuité de l’ancienne voie ferrée désaffectée d’En Jacca. Grâce à cela, une liaison de transport commun en site propre (TCSP) entre la gare de Colomiers et notre ville est rendue possible.

Nous sommes également propriétaire de terrains le long du boulevard Pierre et Marie Curie qui pourront accueillir un TCSP et de 8 hectares à la Ménude pour réaliser une plate forme multi-modale avec la possibilité de se raccorder à Basso Cambo et la gare de Portet via Francazal.

C’est avec cette vision globale au service des plaisançois que nous nous mobilisons pour que la troisième ligne de métro arrive à la gare de Colomiers.

Nous travaillons également à l’arrivée de la fibre dont SFR a commencé les premiers travaux. L’objectif est une couverture de la quasi-totalité de commune entre 2018 et 2020. Deux précisions : SFR installe la fibre mais elle pourra être utilisée par tous les fournisseurs d’accès et elle ne sera mise en service que lorsque toute la commune sera équipée.

Sur le plan sportif, nous venons de donner le coup d’envoi à la réalisation des projets sportifs : couverture d’un terrain de tennis et du plateau sportif a côté du gymnase Jules Verne qui profitera aux associations et aux écoles, réalisation d’un terrain de football synthétique, et réfection du sol du gymnase Jules Verne. Ces travaux donneront les moyens à la vie associative de la commune de se développer.

Nous avons également réservé 35 places en crèches à l’horizon 2017 et étudions également l’augmentation de la capacité d’accueil des enfants scolarisés, la maison de la famille et de la parentalité ainsi que l’aménagement d’un centre de loisirs.

Notre investissement dans ces projets est conforté par le succès que rencontre L’Onyx, la salle de spectacle de l’Espace Monestié. A l’origine contestée, elle est aujourd’hui très demandée. Nous avons ainsi pu accueillir des événements de qualité (Maligne, Mars et Venus, le Festival International du Film de Fiction Historique…) et nous allons accueillir Vincent Moscato dans le cadre du Printemps du Rire. Culturellement aussi, notre Ville tire son épingle du jeu et commence à faire parler d’elle dans l’agglomération toulousaine.

Aujourd’hui comme hier, nous travaillons et nous nous mobilisons pour rendre Plaisance plus attractive et améliorer votre qualité de vie au quotidien avec un maximum de services à nos concitoyens.

Bonnes fêtes à tous !

Plaisance bouge !

C’est un mois de septembre intense qui s’achève pour Plaisance cette année ! En effet, après l’ouverture de deux nouvelles classes dans les écoles de la commune, il s’achève avec le Festival International du Film de Fiction Historique.

Cette première expression politique de la rentrée est donc l’occasion de faire le point sur le travail accompli par l’équipe majoritaire.

Les derniers travaux sont en cours dans la future Maison des associations et bientôt ils vont commencer dans les différents sites sportifs : création d’un nouveau club house pour le football, mise en accessibilité du club-house du tennis, création d’une salle de convivialité au Gymnase Jules Verne, création d’un terrain de football synthétique, couverture d’un terrain de tennis, création d’une salle de réunion à la Salle Maurice Cor… nous investissons pour soutenir notre riche vie associative.

Ces travaux sont l’occasion de rendre accessibles ces équipements publics ainsi que l’Hôtel de Ville et le Pigeonnier.

Dans la culture ça bouge aussi avec le démarrage de la nouvelle programmation que vous avez pu découvrir dans la nouvelle plaquette culturelle. Pour soutenir cet effort, nous nous dotons de nouveaux outils comme la billetterie en ligne Festik qui vous permet de réserver en ligne vos places pour les spectacles à l’Onyx. Ce travail en direction de la culture sera également poursuivi via la mise en place d’un groupe de démocratie participative dédié auquel tout le monde peut participer.

Plaisance est une ville qui s’enrichit de nouveaux services: ainsi cette rentrée à été celle de l’ouverture de deux écoles privées sur Plaisance du Touch (une école bilingue et une école pour enfants à haut potentiel) et du nouveau foyer de vie de l’Apeihsat après l’ouverture du centre des compagnons du Tour de France, l’année dernière. L’offre d’accueil et de formation à Plaisance se développe donc et bientôt ce seront une crèche d’entreprise et une crèche associée à un centre pédiatrique qui commenceront leurs travaux à la Ménude.

De plus, les entreprises qui continuent d’arriver à Plaisance avec comme nouveauté particulière l’installation de 5 hectares de panneaux photovoltaïques. Avec les panneaux prévus à Val Tolosa, cela fera un total de 20 hectares de panneaux photovoltaïques soit l’équivalent de la consommation de deux villes comme Plaisance.

Enfin, le centre ville n’est pas oublié. Outre l’ouverture progressive des commerces de l’opération Bastide II en face de la Place Bombail, de nouveaux services s’installent dans la rue principale avec notamment un nouveau primeur. Avec les commerces et les professions libérales installées dans Plaisance (et notamment le COMU à Bernadet), Plaisance offre donc de nombreux services que beaucoup de villes nous envient.

L’ensemble de l’équipe municipale se mobilise à votre service pour accompagner ce développement, tout cela en respectant notre engagement de ne pas augmenter les taux d’impôts communaux !

D’importantes avancées

Suite au protocole d’accord signé en mars dernier, Val Tolosa connaît d’importantes avancées. Ainsi sont à l’ordre du jour de la Commission permanente du Conseil Départemental du 7 juillet et du Conseil Municipal du même jour différentes conventions qui ouvrent la voie à la réalisation du centre de commerces et de loisirs. Elles permettent en effet de lever les blocages qui persistaient sur la réalisation des routes et la nécessaire évolution du réseau routier pour réaliser Val Tolosa.

Par ailleurs, Plaisance n’est pas oublié. Une convention entre la Ville et Unibail permettra la remise en état et la transformation de la Maison Guitard (ou Maison du Colonel) en Maison de l’Image et du Son. Ce projet, financé par une fondation privée, permettra de donner une dimension et identité culturelle forte à notre ville.

Val TolosaSans l’action continue, permanente et chevronnée de l’ensemble du groupe majoritaire et particulièrement de M. le Maire, Louis Escoula, ce projet fondamental pour l’avenir de notre Ville tant par l’emploi, l’attractivité et les ressources qu’il apportera, n’aurait pas pu aboutir. Nous continuerons de porter ce combat important pour la commune.

En effet, pour faire face aux baisses de dotations que verse l’Etat à la commune et afin de ne pas augmenter les impôts, nous sommes contraint de faire des économies. Or ces économies impactent le fonctionnement des services qui sont apportés à la population et alors que les taxes que versera Val Tolosa permettront une augmentation significative des ressources de la commune, dans ce contexte appeler à renoncer à Val Tolosa est irresponsable.

Mais si la commune est contrainte à faire des économies, celle ci ne le fait pas aveuglément. Ainsi, si nous avons du réduire la présence d’ATSEM dans les classes maternelles (six ATSEM pour sept classes et cinq dont un poste à mi-temps pour cinq classes), cet aménagement est semblable à ce qui est déjà en place dans de nombreuses communes.

Par ailleurs les économies ainsi réalisées ont été redéployées sur des postes en direction de la jeunesse et notamment la jeunesse en difficulté. Ainsi, nous avons augmenté les moyens du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance dont l’axe principal est la lutte contre le décrochage scolaire et nous avons renforcé le service prévention ainsi que le Point Jeunes.

A ces actions à destination des jeunes qui nécessitent un accompagnement, s’ajoute également l’augmentation des moyens accordées au Projet Educatif de Territoire qui s’inscrit dans la même dynamique avec notamment le renforcement de la formation des animateurs des accueils de loisirs qui sont désormais accompagnés par des professionnels (orthophoniste, psychologue, sophrologue…).

Ainsi par des actions au quotidien comme par le soutien à d’importants projets, la majorité continue de travailler dans l’intérêt de Plaisance et des Plaisançois-es en gardant à cœur la priorité qu’elle donne à la jeunesse.

Bon été à tous,

Plaisance investit pour l’avenir

Cette année encore, lors des conseils municipaux du débat d’orientation budgétaire et du budget, deux rendez-vous importants dans la vie de la commune, l’opposition a continué à adopter une position stérile, vindicative et sans aucune proposition.

Nous nous attendions à des contre-propositions pour enrichir le débat sur les projets que la majorité porte pour la commune comme par exemple la mise en accessibilité de plusieurs bâtiments communaux ou la réalisation d’un terrain de football synthétique.

Mais, comme elle s’était opposée à la Place Bombail et à l’Espace Monestié, l’opposition continue de critiquer, sans jamais proposer une alternative, l’ensemble des décisions municipales allant même jusqu’à voter contre le gel des taux d’impôts communaux pour 2016.

En effet, cette année encore et comme depuis plus de dix ans, la commune et la communauté de communes maîtrisent les taux de leurs impôts et celui de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Il y aura certes une augmentation des bases fiscales décidée par l’Etat mais aucune augmentation ne sera le fait de la commune ou de la communauté de communes.

Cette décision intervient alors que les communes voisines continuent d’augmenter leur impôts. Si nous pouvons vous épargner une telle hausse, c’est grâce d’une part à la gestion rigoureuse des comptes de la commune et d’autre part aux nouvelles ressources qu’apportent les entreprises qui s’installent sur le plateau de la Ménude.

La locomotive du développement de cette zone est le projet de centre de commerces et de loisirs Val Tolosa. Or, le projet a connu une avancée majeure le 31 mars dernier : la signature d’un accord cadre entre la Ville, le promoteur du projet, le Conseil départemental, la Chambre d’agriculture de la Haute Garonne, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse et Pôle Emploi. Cet accord permet de lever les blocages jusque là existants. Pour cela des modifications ont été apportées au projet avec notamment, à la demande du Président du Conseil Départemental, l’ajout d’un nouveau concept (médiathèque et salle de cinéma).

Suite à ces modifications, la Ville a exigé auprès du promoteur la mise en place de garanties pour préserver et pérenniser le cinéma Ecran 7 auquel la majorité reste très attaché et que la Ville a toujours soutenu avec l’ouverture de deux nouvelles salles en 2013. Une convention sera donc passée entre l’opérateur des cinémas de Val Tolosa et Ecran 7 qui permettra notamment de leur garantir l’accès aux films et aux avant-premières et de mettre en place une synergie des moyens de fidélisation.

En ce moment se tient en mairie l’enquête publique sur un permis de construire et sur un permis de construire modificatif pour ce projet mais qui ne portent pas sur la création de la médiathèque et des salles de cinéma. Nous appelons donc l’ensemble des citoyens qui soutiennent la réalisation de Val Tolosa à venir donner leur avis soit par courrier soit en remplissant le registre présent en mairie.

Nous vous appelons également à adhérer à l’association Oui à Val Tolosa (www.ouiavaltolosa.fr) qui défend les citoyens qui, soucieux de l’intérêt de Plaisance, veulent voir ce projet aboutir.

Motion votée par le conseil municipal en soutien à Val Tolosa

Vous trouverez ci dessous un texte voté par le conseil municipal en soutien à Val Tolosa : 

L’accord-cadre signé le 31 mars dernier à la Préfecture de région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est l’aboutissement d’une dernière négociation engagée le 13 janvier à l’Elysée sous l’égide d’un médiateur, Patrice Vermeulen, nommé par l’Etat, dont la lettre de mission, rédigée par le préfet Pascal Mailhos, indiquait clairement les droits acquis du projet Val Tolosa.

Le Conseil municipal de Plaisance du Touch se félicite de cet accord qui a su réunir la Ville de Plaisance, le Conseil départemental, le promoteur, mais également les acteurs essentiels que sont les Chambres de Commerce et d’Industrie, la Chambre d’Agriculture et Pôle Emploi.

A la demande du Président du Conseil départemental, Georges Méric, le projet a été largement modifié sur plusieurs aspects :

  • Au plan environnemental par l’installation d’une centrale photovoltaïque de 60 000 m² qui permettra, en équivalence, d’assurer la production d’énergie pour une ville de 15 000 habitants.
    Le financement par le porteur du projet d’une zone de compensation portée à 126 hectares. La création d’un éco-jardin pédagogique dédié aux espèces protégées.
    L’intégration des producteurs locaux dans l’hypermarché par la promotion des circuits courts sur une surface spécifique de 2 000 m².
  • Au niveau culturel, par l’intégration d’un cinéma nouvelle génération (2 500 places environ soit dix écrans), couplé à une médiathèque départementale. Ce nouvel équipement, unique sur la Métropole toulousaine sera financé par le porteur du projet. La Ville de Plaisance du Touch, qui a engagé depuis plusieurs années une opération de restructuration urbaine importante (réaménagement du centre-ville place Bombail, extension de Monestié), a exigé d’Unibail des mesures d’accompagnement et de soutien au cinéma du centre-ville.
    Dans cet esprit, des rencontres ont déjà eu lieu entre les responsables de Val Tolosa et le bureau de l’association Ecran 7.
    Un document de partenariat sera prochainement soumis à Ecran 7 dès que l’opérateur du cinéma sera désigné. La Ville de Plaisance du Touch sera particulièrement attentive aux dispositions de cet accord et s’engagera contractuellement et dans le temps pour qu’il soit respecté.
    Il s’articulera autour des programmations de films, d’avant-premières programmées à Ecran 7, de la complémentarité entre les deux sites et d’une synergie des moyens de fidélisation sur les deux sites.
  • Au niveau économique, par la réduction de la surface de l’hypermarché de 12 000 m² à 10 000 m², le doublement de l’enveloppe pour conduire des actions en direction des centres villes de Plaisance et des communes voisines gérées par la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Haute-Garonne, la mise en place d’un forum de l’emploi pour pourvoir les 2 000 postes (équivalent temps plein) du centre en exploitation, sous couvert du Pôle Emploi et en favorisant les demandeurs d’emplois de Plaisance et des communes limitrophes.
  • Accès : Quant au réseau routier (RD 924), la société PCE, filiale d’Unibail, augmentera sa participation et assurera aux côtés de la Ville de Plaisance, propriétaire de l’emprise foncière de la voirie, son financement, le Conseil Départemental, restant maître d’ouvrage. La Ville assurera la réalisation dans le cadre d’un mandat de maîtrise d’ouvrage.
    Les élus majoritaires du Conseil Départemental ne s’y sont pas trompés en votant à une très grande majorité (aucune voix contre, 7 abstentions) les termes de cet accord.

Le Conseil municipal de Plaisance du Touch salue la prise de conscience et de responsabilités du Conseil Départemental qui s’est ainsi formellement et contractuellement engagé sur ce projet, largement modifié, levant ainsi les derniers obstacles à sa réalisation.

Sans l’abnégation et l’engagement au quotidien des élus majoritaires et du Maire de notre ville, Louis Escoula, qui depuis tant d’années porte ce projet à bout de bras, rien n’aurait été possible.

Le Conseil municipal de Plaisance du Touch renouvelle ses félicitations aux membres signataires de l’accord-cadre sur Val Tolosa et souhaite que, désormais, chacun et chacune respecte les engagements pris dans le strict respect des procédures engagées et de la chose jugée.

Quant à la dernière décision du tribunal administratif de Toulouse, qui concerne l’arrêté pris par le préfet, Henri Michel Comet, de destruction d’espèces protégées au profit du porteur de projet, il remet en cause non pas, comme nous avons pu le lire, l’intérêt public majeur du dossier, mais sa justification. En l’espèce, il convient d’être très précis.

Le Conseil municipal n’a pas l’habitude de commenter, comme certains le font, les décisions de justice. Il note simplement que les conclusions du rapporteur public demandaient un rejet des recours. De plus, il apparaît qu’une jurisprudence du début d’année du Conseil d’Etat contredise la position sur l’intérêt public majeur tel que défini par le Tribunal administratif de Toulouse tout dernièrement.

Les services de l’Etat, la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et la Préfecture ont toutes les compétences pour analyser ce jugement et prendre les mesures nécessaires pour assurer la continuité de ce dossier.

En cherchant la lumière, on peut en oublier l’intérêt commun

Lors du conseil municipal du 14 avril, l’opposition a prétexté un défaut de convocation pour quitter la séance juste après la présentation par le groupe majoritaire d’une motion en soutien à Val Tolosa.

Face à ce comportement, il nous paraît important de simplement rappeler les faits. Les convocations ont été envoyées par mail sécurisé le vendredi 8 avril 2016 soit dans le délai légal de convocation des conseils municipaux (5 jours francs avant la tenue du conseil). Un défaut de réception dans les boites mails d’un même opérateur de trois conseillers municipaux est intervenu, cependant 5 des 8 conseillers municipaux du groupe minoritaire ont bien reçu la convocation du conseil municipal dans le délai légal. La convocation du conseil municipal est donc pleinement valable.

Dès que l’hébergeur des mails de ces trois conseillers municipaux nous a prévenu qu’il n’avait pas pu leur délivrer les dossiers, la commune a procédé à leur renvoi.

Il faut également préciser que la date du conseil municipal est connue de l’ensemble des conseillers municipaux depuis le mois de février et qu’une commission finances de 2h30 s’est tenue lundi 4 avril pour présenter le budget à l’opposition et répondre à ses questions. A la suite de cette réunion, les éléments concernant le budget municipal leur ont été transmis.

Nous sommes donc face à une manœuvre politicienne qui relève de la recherche de coups médiatiques à laquelle nous a habitué l’opposition. Elle offre en plus un échappatoire facile pour ne pas avoir à voter le budget de la commune qui affiche un excédent de 7 millions d’euros et n’augmente pas les taux d’impôts communaux. Dans ce contexte positif, il est difficile pour les conseillers municipaux minoritaires de s’opposer à la majorité alors que les communes voisines augmentent leurs impôts.

Il est d’autant plus difficile pour l’opposition de rester serein dans les débats quand leur chef de file est désormais le nouveau président de l’association opposée à Val Tolosa et que la bonne santé financière de notre ville tient pour une part importante aux ressources que la Ménude apporte (4 des 7 millions évoqués plus haut).

Après avoir dit que les caisses de la commune étaient vides en 2013, après avoir prédit l’échec de la rénovation du centre-ville et après s’être positionné en faveur d’une salle de spectacle plus importante au lieu des 3 salles de cinéma Ecran 7 à Monestié, l’opposition a donc trouvé là une porte de sortie facile pour ne pas être confrontée aux contre-vérités et mensonges dont ils font leur fond de commerce.

Nous croyons en l’importance du débat entre majorité et opposition, il est nécessaire pour faire vivre notre démocratie. Ce débat doit porter sur une confrontation des projets et des propositions de chacun et être appuyé par des arguments étayés et exacts. Il est regrettable que les Plaisançois en soient privés parce que l’opposition, prise à son propre piège, verse dans les manœuvres et semble de plus en plus se référer au détestable adage : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose »

Plaisance investit pour l’avenir

La municipalité est en pleine préparation du budget de la commune pour l’année 2016. Si l’ensemble des éléments ne sont pas définitivement actés, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que malgré la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités, la gestion rigoureuse des finances communales menées depuis des années et les importants efforts d’économies engagés depuis 2015 commencent à porter leur fruit.

Nous serons donc en mesure de tenir notre engagement de campagne : les taux d’impôts communaux et intercommunaux n’augmenteront pas cette année, et comme c’est le cas depuis 2012, alors que d’importantes communes voisines augmentent les leurs de plus de 5% et que ceux de la métropole toulousaine ont augmentés de 15% en deux ans.

Malgré ces efforts, le budget 2016 restera un budget volontaire qui continuera d’investir pour améliorer la qualité du service qui est apporté aux plaisançois. Ainsi nous engagerons cette année de gros travaux tout d’abord en direction des équipements sportifs avec la réalisation d’un terrain de sport en gazon synthétique et l’étude pour couvrir un terrain de tennis supplémentaire et le plateau sportif Jules Verne.

Nous investirons ensuite dans le cadre de la mise en accessibilité des bâtiments communaux avec des travaux à l’Hôtel de Ville, au Pigeonnier de Campagne, à l’école le Blé en Herbe, à l’école Alphonse Daudet, aux gymnases Jules Verne et Maurice Cor et au club housse de Tennis ainsi qu’avec la réalisation d’un club housse neuf pour le football.

Enfin, 2016 sera une année charnière puisque avec les recettes liées à la poursuite de la vente des terrains municipaux sur le plateau de la Ménude et en fonction du devenir de Val Tolosa, nous élaborerons la programmation d’investissement des 3 prochaines années.

L’objectif de la municipalité est de réaliser une Maison de la Famille et de la Parentalité, un nouveau centre de loisirs à l’école Marcel Pagnol et d’étudier, dans ce cadre, le dimensionnement de la future médiathèque en fonction du projet culturel qui sera réalisé à Val Tolosa. Nous intégrerons également dans cette programmation les travaux de rénovation du réseau d’écoulement des eaux pluviales qui seront établis en fin d’année, au terme de l’étude sur le schéma directeur des eaux pluviales que nous menons actuellement et qui conditionnent la poursuite de l’aménagement des voies et des trottoirs depuis l’église en direction de la rue de la Hille.

Ainsi, la municipalité continue d’investir pour l’avenir de Plaisance tout en veillant à ne pas augmenter la pression fiscale sur le budget de nos concitoyens.

Concession du centre ville, les chiffres

Crédit photo : Patrice Massacret

Crédit photo : Patrice Massacret

Lors du Conseil municipal qui s’est tenu au Pigeonnier de campagne le 6 novembre à 18h30, le compte rendu annuel de la concession d’aménagement pour le centre-ville ainsi qu’un avenant à ce contrat de concession ont été votés.

La concession est une opération par laquelle la commune confie à un aménageur la réalisation d’une opération d’aménagement. Dans notre cas,celui-ci avait à assumer les risques liés à la réalisation de l’opération. VIAE a donc pris en charge l’achat des terrains, le coût des études, les coûts de construction et de commercialisation de l’ensemble.

La commune a vendu à l’aménageur les terrains nécessaires à la réalisation de l’opération et lui a payé les travaux de réalisation de la place et des parkings adjacents. Ces ouvrages ont été remis à la commune et en seront la pleine propriété après leur transfert définitif en décembre alors que les bâtiments (commerces et appartements), les parkings souterrains et l’espace sous les arcades sont eux des espaces privés.

L’avenant voté au conseil municipal vient clôturer l’opération financière pour les équipements publics qui avaient initialement été budgétés à hauteur de 1 327 000 euros HT :

  • La Place Bombail en elle-même (sans l’emprise au sol des bâtiments et la partie sous les arcades) prévue pour 847 000,00 euros HT
  • Les parkings réalisés le long de la rue des écoles prévue pour 231 000,00 euros HT
  • Les parkings réalisés le long de la rue de Béoulaygue prévue pour 249 000,00 euros HT

Des demandes complémentaires de la commune et les exigences de l’Architecte des Bâtiments de France qui est l’autorité chargée de protéger les bâtiments classés et leur environnement (comme c’est le cas du centre de Plaisance) ont engendré une augmentation du budget qui a été en partie assumée par la commune à hauteur de 377 579,36 euros HT.

Cette augmentation s’explique notamment par les demandes suivantes :

  • Modification de l’emplacement des locaux techniques de la ville et des emplacements et des destinations des locaux techniques au sein des bâtiments.
  • Modification de l’emplacement des armoires techniques et des commandes de l’éclairage public
  • Mise en place d’un système de vidéo-protection
  • Demandes de travaux supplémentaires (ajout de mobilier urbain).

En définitive, la commune versera une participation totale de 1 704 579.36 euros HT. Il est à noter que si ces modifications avaient été intégrées dès le début du projet, le coût final aurait été le même.

Par ailleurs la commune touchera plus de 280 000 euros de taxes sur la première partie de l’opération. Avec le prix de la vente des terrains à VIAE pour 1 250 000 euros, la place et les parkings coûteront donc 174 579.36 euros aux Plaisançois.

Avec la réalisation de la deuxième partie de l’opération (en face de la place par rapport à la rue de Ecoles) la commune touchera 161 000 euros de taxes en plus.

Pour information, une fois complètement réalisée, cette opération permettra la réalisation de 88 logements dont 34% de logements sociaux. Le reste des aménagements du centre ville (rue de l’ancienne gare, place de la Libération, parc derrière la place Bombail…) n’ont pas été réalisés dans le cadre de la concession mais directement par la commune.

Après plus de six mois depuis l’ouverture de cette place, le groupe majoritaire tire un premier bilan de cet ambitieux projet et se félicite de sa réussite. En effet, les plaisançois se sont pleinement approprié cette place qui est devenue un lieu identifié et apprécié de notre ville. L’objectif de revitalisation du centre-ville semble donc en voie d’être pleinement atteint, d’autant que les commerçants installés sur la place se félicitent de l’augmentation de leur chiffre d’affaire.

 

NB : tous les prix s’entendent ici en hors taxes puisque la commune se fait rembourser la TVA par l’Etat sur les opérations d’investissement.

Plaisance obtient la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Par un arrêté interministériel du 7 août 2014, la commune de Plaisance s’est vu reconnaître l’état de catastrophe naturelle pour les intempéries qui ont frappé la commune le 23 juin dernier.

Cette reconnaissance, demandée par Louis ESCOULA, Maire de Plaisance-du-Touch, et soutenue par le Président du Conseil Général, Pierre IZARD, et notre députée, Monique IBORRA, permet d’élargir le champs des dommages couverts et donc le nombre de Plaisançois indemnisés.

Par contre, le délai pour signaler ces dommages est très court (10 jours après la promulgation au journal officiel), vous n’avez donc que jusqu’au 20 août pour signaler les dommages à votre assureur. Si vous avez déjà signalé ces dommages avant la prise de cet arrêté, il n’est pas nécessaire de le refaire.

Vous pouvez récupérer l’arrêté pour vos démarches sur le site de Légifrance en cliquant sur le lien suivant : arrêté du 7 août.

Inondations à Plaisance

Face aux inondations et aux orages qu’a connu l’Ouest Toulousain, la mairie a demandé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle et permettre ainsi aux Plaisançois d’être mieux remboursés par leurs assurances.

La commission préfectorale se prononcera sur notre demande fin juillet. En attendant la mairie met à la disposition de tous les citoyens des attestations météo que vous pouvez venir récupérer à l’accueil.

Enfin les professionnels sinistrés peuvent s’adresser à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) et à la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE) pour obtenir une aide, voire une indemnisation.